1st Think Tank 2022 Forum Series –Religious Freedom and the Reunification of Korea

The first Think Tank 2022 forum series, “Religious Freedom and the Reunification of Korea” was held on October 16, 2021.

READ MORE

UPF-Ireland's “Peace Road” Gives Hope for Healing

Representatives and Peace Ambassadors from UPF-Ireland and UPF-UK joined in a UPF “Peace Road” event.

READ MORE

3rd Annual Celebration of The George H.W. Bush Points of Light Awards

The third annual celebration of The George H.W. Bush Points of Light Awards was held September 28, 2021.

READ MORE

Netherlands Observes International Day of Peace

The commemoration included a “Peace Road” walk to the Dutch Holocaust Memorial of Names.

READ MORE

Interfaith Peace Festival Held in Birmingham, UK

Seven faith traditions were represented at a mini-Peace Festival organized by UPF.

READ MORE

International Day of Peace Observed in Korea

A wreath-laying ceremony was held at the Korean War Memorial of the U.S. Army in commemoration of the UN International Day of Peace.

READ MORE

FOLLOW US

FacebookInstagramYoutubeLinkedinFlickr

Click here to learn more about the Think Tank 2022 and UPF's effort in the Peaceful Reunification of the Korean Peninsula.

Think Tank 2022

CALENDAR OF EVENTS

December 2021
S M T W T F S
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1
Our areas of work

FEATURED REPORTSView More

Language

AIPP Canada organise une séance d'information d'experts sur les deux Corées

Canada-2018-06-19-UPF/IAPP Cosponsor Expert Briefing on the Koreas

English

Ottawa, Canada—« Le commerce stratégique avec la Corée du Nord peut-il contribuer à promouvoir la paix et la prospérité ? » était le thème d'une séance d'information d'experts tenue sur la Colline du Parlement à Ottawa, au Canada. La rencontre, organisée par la Fédération pour la paix universelle et l'Association internationale des parlementaires pour la paix, a été rendue possible par l'honorable Robert-Falcon Ouellette, député de Winnipeg-Centre, qui a pu réserver une magnifique salle de la Chambre des communes avec service d’interprètes pour nos deux langues officielles.

La séance d'information, centrée sur un panel de quatre experts et un conférencier principal, portait sur les relations intercoréennes, la question de la réunification des deux Corées, les relations canado-coréennes, le commerce international, les droits de la personne, la diplomatie, l'évolution des réalités géopolitiques dans la région et plus encore.

La session s'est ouverte avec le Dr Moonshik Kim, président de la FPU Canada et l'hon. Robert-Falcon Ouellette, offrant des mots de bienvenue au groupe. Le Dr Daniel Stringer a ensuite contextualisé le briefing (qui avait lieu une petite semaine après le sommet historique Trump-Kim à Singapour) en posant au panel la question simple : « La Corée du Nord pourrait-elle passer d'une économie dirigée à une économie entrepreneuriale en plein essor, comme l'a fait la Chine, et le Canada a-t-il un rôle à jouer par le biais d'un accord commercial limité, sélectif et vérifiable avec la Corée du Nord conçu pour apporter un minimum de prospérité aux citoyens ordinaires ? »

La première présentation, donnée par un jeune analyste de recherche, Yun Sik James Hwang, de l'Association canadienne de l'OTAN, a abordé le coût économique élevé de l'intégration Nord-Sud et a appelé à l'empathie, et non à la sympathie, pour la

population nord-coréenne. Il nous a rappelé les investissements passés que les entreprises occidentales avaient faits en Corée du Nord pour les faire nationaliser.

La Dre Tina Park, l'une des plus éminentes spécialistes canadiennes de la Corée du Nord et des relations canado-coréennes et cofondatrice et directrice exécutive du Centre canadien pour la responsabilité de protéger, basé à la Munk School of Global Affairs de l'Université de Toronto, a ensuite parlé des relations de longue date du Canada avec la Corée en soulignant que les Canadiens ont visité la péninsule coréenne pour la première fois en tant que missionnaires au 19e siècle. Suggérant que les concessions en matière de droits de l'homme devraient précéder toute augmentation des échanges commerciaux avec le Nord. Park a noté que malgré un milliard de dollars versé au ministère sud-coréen de l'Unification chaque année, les jeunes, un groupe démographique important dans ce pays, ne souhaitent pas la réunification.

L'ambassadrice Margaret Huber a offert son point de vue en tant que diplomate canadienne de longue date. Ayant voyagé d'abord en Corée du Sud en 1975 et en Corée du Nord en 1983 avec la Commission commerciale du Canada, elle a noté que l'imprévisibilité est un gros problème pour les échanges et le commerce, sans parler de la diplomatie. Constatant que l'engagement est un instrument d'art politique et non une approbation des politiques d'un gouvernement étranger, elle a déclaré que la Corée du Nord était en train de gagner sur le front des relations publiques mondiales. Avec la quatrième plus grande armée permanente au monde, qu'est-ce que la Corée du Nord attend du Canada ? a-t-elle demandé. Peut-être une reconnaissance sous la forme d'une ambassade à Ottawa, a-t-elle suggéré. Pour un plus grand succès diplomatique dans les relations, par exemple, avec la Corée du Nord, l'ambassadeur Huber a recommandé des échanges universitaires accrus, un groupe d'étude interdépartemental et une meilleure formation des diplomates dans des langues difficiles comme le coréen.

Zhihao Yu, professeur titulaire au Département d'économie de l'Université Carleton, a parlé de la dynamique du développement commercial et de la conformité commerciale. Il a suggéré que d'une part, le commerce peut rendre la Corée du Nord plus prospère et plus puissante ; d'autre part, à mesure que le volume des échanges augmente, le risque de perte pour la Corée du Nord en raison du non-respect des obligations internationales de sécurité spécifiquement liées aux armes nucléaires augmente. Il pense que le commerce peut atteindre beaucoup plus à la fois la conformité et la prospérité de la Corée du Nord, et produirait un résultat similaire à celui de l'ouverture du commerce des États-Unis avec la Chine dans les années 1970.

Après une pause, le groupe s'est à nouveau réuni pour entendre le discours d'ouverture prononcé par Alexandre Mansourov, spécialiste de la sécurité, de la politique et de

l'économie en Asie du Nord-Est. Se concentrant principalement sur la péninsule coréenne, il a effectué ses recherches en tant que chercheur invité à l'Institut américano-coréen de la Johns Hopkins School of Advanced International Studies et a été membre fondateur du Comité national américain sur la Corée du Nord et associé principal de l'Institut Nautilus. Présenté par l'honorable Ouellette, le Dr Mansourov a décrit quatre écoles de pensée sur les raisons pour lesquelles la Corée du Nord a soudainement changé son approche envers les États-Unis :

● la douleur des sanctions,

● le plan tactique astucieux de Kim pour gagner du temps,

● Kim vit une transformation de son âme et de ses perspectives,

● Peur d'une action imprévisible des États-Unis.

Notant que le président américain Trump et le président nord-coréen Kim ont mis en place une hotline entre eux et que l'équipe de Pompeo a passé beaucoup de temps en Corée du Nord à préparer le sommet et retournera bientôt dans le Nord, Mansourov a souligné que Trump avait coupé le nœud gordien en utilisant la diplomatie à somme positive et en sortant des sentiers battus. Entre autres résultats divulgués et non divulgués du sommet, la Corée du Nord a accepté de réduire la taille de son armée et de retirer tous les missiles sol-sol positionnés à sa frontière avec la République de Corée.

Sur les droits de l'homme, les commentaires de Mansourov vont à l'encontre de la description actuelle de la situation en Corée du Nord. En tant que petit-fils d'un non-survivant du système du goulag soviétique, il a qualifié la caractérisation de la situation des droits de l'homme en Corée du Nord de hautement politisée : il n'y a pas de chambres à gaz, pas de goulag, pas de charniers. Les familles de parents incarcérés sont autorisées à rester avec leurs parents, par exemple, a-t-il noté.

La conférence s'est terminée par une discussion approfondie et des contributions des parlementaires et d'autres participants.

Inspiré et guidé par la vision opportune du coordinateur de la conférence Daniel Stringer, le briefing a été organisé et exécuté par l'équipe dévouée de FPU Canada avec une grande partie du travail effectué bénévolement.

Chapter Reports View All Chapters

Kosovo’s Prime Minister Receives UPF Leaders

Pristina, Kosovo—The regional chair and president of UPF invited the prime minister to the next UPF World Summit.

Fertility Decline and Sex-ratio Imbalance: Geopolitical Ramifications

United States—Global fertility trends were explored at a joint NGO Committee of the Family, NY and UPFI event.

UPF-Argentina Appoints Ambassadors for Peace

Argentina—New Ambassadors for Peace were appointed during the monthly meeting of Argentina’s Ambassadors for Peace.