FOLLOW US

FacebookYoutubeLinkedin

International Association of Parliamentarians for Peace

CALENDAR OF EVENTS

June 2019
S M T W T F S
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6

Les OMD et le rôle des femmes

M. Hamid Al Bayati voit dans les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) « un cadre pour la coopération internationale » et « un mandat mondial pour le changement ». Le représentant permanent de l’Iraq aux Nations unies siège dans la commission de l’ONU sur le statut des femmes. « En matière de santé maternelle, d’infection au VIH et d’éducation des femmes, le manque de progrès est criant. »

Bayati s’exprimait au siège des Nations unies à New York le 15 mars devant Femmes pour la paix. Il s’agissait d’une des nombreuses réunions d’ONG en rapport avec la 53e session de la commission des Nations unies sur le statut des femmes.

« L’éducation est très bénéfique pour les femmes et les enfants, sur le plan économique mais aussi en matière de santé et de bien-être, a dit Bayati. Sans élever le statut et la dignité des femmes, les OMD ne pourront s’accomplir. » D’où ses recommandations, notamment la nomination d’une femme  comme sous-secrétaire de l’ONU chargée des questions féminines. La condition féminine progresse en Iraq, a-t-il rapporté : la nouvelle constitution fixe un quota de 25% de femmes dans le parlement.

« Les femmes pratiquent une forme d’entraide qui peut faire beaucoup pour la construction de la paix », a dit le Dr Bobbi Nassar, présidente du comité des droits de l’homme à l’ONU. « Les hommes pèsent lourd dans le système des Nations unies, a-t-elle ajouté, et les femmes ont peu de poids. La sécurité retient l’attention et attire l’argent, les droits de l’homme passent après. Aux femmes de se faire entendre sur l’affectation des ressources ».

Nassar a évoqué les outils de défense qui existent, comme la possibilité qu’ont les citoyens de faire état de violations des droits de l’homme dans leurs pays lors des enquêtes régulières sur ce sujet.

« Je veux parler de ce que chaque femme peut faire pour faire bouger les choses, a dit cette jeune femme vive. Ils ont tué environ un million de personnes en 100 jours, dont mes parents et ma famille. J’avais 14 ans quand j’ai survécu. Rappelez-vous : ce qui ne vous tue pas vous rend plus forts. Comment revenir à l’école ? Que faire de ma vie ? Voilà ce que je me suis dit. Elle a aussi évoqué les conseils puisés dans la Bible de sa mère. « Je suis ici aujourd’hui grâce à Dieu et au grand amour de ma mère. »

Madame Lynn Walsh, en charge de « Femmes pour la paix » a dit que les défis que doivent relever les femmes se situent dans le cœur. « Les problèmes ne se règlent qu’avec des principes universels, à partir de notre conscience d’être une famille en Dieu. »

« Les femmes et les hommes ont une valeur égale, tout en ayant des traits distincts, a continué cette conseillère conjugale et familiale. En voyant le monde qui nous entoure, faut-il selon vous renforcer l’attitude macho ‘ça passe ou ça casse’ ou plutôt l’aspect relationnel et inclusif ? »

Femmes pour la paix est un projet de la Fédération pour la paix universelle. Privilégiant les liens personnels faits de respect mutuel et de coopération, il regroupe des femmes d’horizons variés pour tisser des alliances autour de plusieurs notions : des unions et des foyers stables, une culture de l’entraide, la coopération interreligieuse.

Sans relever le statut et la dignité des femmes, les Objectifs du Millénaire pour le Développement ne pourront s’accomplir.