FOLLOW US

FacebookYoutubeLinkedin

International Association of Parliamentarians for Peace

CALENDAR OF EVENTS

April 2019
S M T W T F S
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 1 2 3 4

La Journée de la paix dans les deux Amériques

English, Español

La Journée internationale de la paix des Nations unies – marquée chaque année le 21 septembre – est une fête globale où les individus, les collectivités, les nations, et les gouvernements magnifient les efforts pour en finir avec les conflits et promouvoir la paix. Fixée par une résolution de l’ONU en 1982, la « Journée de la paix » a évolué jusqu’à inclure des millions de gens dans le monde qui prennent part à toutes sortes d’événements, grands et petits.

a FPU et ses partenaires se sont associés à de nombreux programmes dans le cadre de la Journée de la paix en 2008. Voici un échantillon des initiatives dans les Amériques. Un tableau plus complet figure sur notre site www.fpu.org.

Argentine

Un olivier symbolisant la paix, la victoire, la force et l’endurance a été planté dans le district Parque Patricios de Buenos Aires. Parmi les personnalités présentes à la célébration, il y avait Mme Maria Costa Pinto, directrice du Centre d’information sur l’ONU pour l’Argentine et l’Uruguay, M. Miguel Werner, Secrétaire général de la FPU-Argentine et M. Horacio Daboul président de l’association culturelle de la Ligue Arabe au Brésil. Un défilé sur l’Avenue Caseros a conclu la journée.

Brésil

M. Alencar Burti, président de la Fédération des associations commerciales du Brésil, a ouvert les célébrations au Pateo do Collegio de São Paulo. Un représentant de l’Unesco a lu le message de paix de M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU, et le représentant de la commission des droits de l’homme de la ville, M. José Gregory, a lu un message du secrétaire d’État à la justice et à la défense des citoyens, le Dr Luiz Antônio Guimarães Marrey. Parmi les autres orateurs se trouvaient des représentants de la société civile, des affaires et des associations internationales. M. José Maria Chapina Alcazar et Mme Silvia Maria Penha de Aquino ont reçu le Trophée de la paix. Les représentants de diverses religions ont pris part à une cérémonie symbolisant la coopération interreligieuse pour la paix.

Équateur

La célébration de la Journée internationale de la paix a attiré 1 400 participants, dont l’ambassadeur de Chine à Quito, un représentant de l’ambassadeur de Bolivie en Équateur, et les consuls de Bulgarie, du Portugal et de Thaïlande. Des guides religieux catholiques, épiscopaliens, anglicans et protestants étaient présents, ainsi que des leaders politiques, des éducateurs, des représentants d’ONG et la presse. En outre, le département de la Défense et les pompiers ont été mobilisé.

États-Unis

Les célébrations dans divers États étaient très variées : on a brandi des symboles de paix à Anchorage en Alaska et les conducteurs étaient appelées à « klaxonner pour la paix », alors que sur la côte Est une excursion en bateau dans le port de New York permettait de prier pour la paix dans des lieux aussi marquants que la statue de Liberté ou le siège des Nations unies. Les jeunes de Los Angeles se sont rassemblés pour défendre la paix sur un mode plaisant et créatif qui impliquait toute la communauté. Dans un café de Monrovia, des gens de tous âges ont fait des centaines de girouettes à placer dans les cafés ou qu’ils ont distribués aux passants sur les trottoirs.

Guyane

Le Président en exercice, Samuel Hinds, à dévoilé un poteau de la paix1 à Georgetown au monument des Non-alignés avec les mots « Faites la paix sur la terre » écrit en anglais, en espagnol, en français et en néerlandais. Des prières ont été dites par les représentants de diverses religions. Assistaient aussi à la cérémonie le Dr Frank Anthony, ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports et M. Hamilton Green, ancien Premier ministre de Guyana et actuel maire de Georgetown. L’association des Scouts a contribué à parrainer une marche pour la paix le long de Main Street sur le thème : « Œuvrer pour abattre les barrières, bâtir la compréhension et promouvoir la réconciliation ». Elle s’est achevée à Kingston Seawall, où des poteaux de paix de divereses parties du pays ont été dressés.

Honduras

La célébration à Tegucigalpa a été suivie par 210 dirigeants politiques, des officiels du gouvernement, des dirigeants civiques, des hommes d’affaires, des syndicalistes et des responsables d’Églises catholiques et évangéliques. L’appel à la paix a fait vibrer les Honduriens, dont le petit pays connaît l’harmonie entre personnes de diverses races.

Jamaïque

Soixante dix personnes ont suivi une conférence sur la résolution des conflits présentée par un jeune médiateur qui travaille avec l’UNICEF et la Fondation pour la résolution des conflits. Le présentateur a fait forte impression en raison de ses expériences concrètes consistant à vivre et travailler dans des banlieues violentes.

Paraguay

La Journée internationale de la paix a été célébrée dans l’ancienne chambre du Sénat, sise dans le bâtiment historique Cabildo d’Asunción. Parmi les 120 dignitaires présents, il y avait plusieurs personnalités importantes des ministères de l’Éducation, de la Culture, et de l’Environment ainsi que des Ambassadeurs de paix, des avovats et des éducateurs. La déclaration de paix a été lue, et une vidéo a montré le Festival mondial de la paix organisé en juillet à Asuncion.

Pérou

Deux cent personnes de tous bords sont venues à Lima partager leurs espoirs et leurs aspirations à la paix. Le programme comportait de la musique, de la danse et un spectacle théâtral, ainsi qu’une cérémonie interreligieuse aux chandelles, une minute de silence et des discours lus par par Luis Huarcaya, président de la FPU au Pérou, et Amautha Willakoq Tahuiro, un leader indien. De très nombreux dignitaires politiques et religieux ont participé, dont le pasteur Luis Acero, le pasteur pentecôtiste Orestes Sanchez et l’imam Khalil Muhammad.

République dominicaine

Mille personnes ont rempli l’auditorium de l’Université nationale dans la ville de Higuey pour honorer la Journée internationale de la paix. La célébration avait un caractère œcuménique. Le révérend José Benito Capois, qui préside l’Association des Églises chrétiennes de la province, a offert l’invocation, puis monseigneur Gregorio Nicanor Peña, l’évêque catholique, a décrit la paix comme un des « fruits de l’esprit », mentionnés dans la Bible. Le sénateur Germán Castro García a souligné le besoin d’extirper des cœurs la haine, le ressentiment et l’arrogance et d’y mettre à la place le pardon. Mme Clara Benedicto, directrice des relations internationales à l’Université nationale, a parlé de l’importance de l’amour vrai et du rôle des femmes pour bâtir une culture de paix.

St. Kitts & Nevis

Le « comité du Jubilé » et les Ambassadeurs de paix ont organisé une veillée de prière toute la nuit au Warner Park de Basseterre. Au programme : l’hymne national, une danse de paix, la lecture d’un message de paix, une minute de prière silencieuse et le lâcher de 500 ballons blancs. Plus de 3 000 personnes étaient venues entendre jouer et chanter leurs vedettes. Le groupe théâtral OSIRIS a joué un spectacle intitulé « Briser les chaînes pour la paix ».

St. Lucie

Un message de paix de Mme Cynthia Joseph qui coordonne le Comité national de l’UNESCO à St. Lucie a été distribué dans 11 écoles primaires et 18 établissements secondaires. Il a été lu pendant l’assemblée générale du vendredi matin dans chaque école, et des discussions ont suivi dans les classes.

Uruguay

Une célébration dans le Jardin national de l’Uruguay à Montevideo a eu lieu autour du thème : « Construire une culture de paix ». Parmi les 80 participants se trouvaient le Dr Hugo Pereira Fagúndez, président de la Croix Rouge uruguayenne, le colonel Mariano Rodrigo, chef des relations publiques pour les forces aériennes d’Uruguay et le capitaine Bartolo Aguilar des forces aériennes d’Uruguay.

Venezuela

Plus de 20 bénévoles se sont retrouvés pour un projet d’entraide à l’orphelinat San Martin de Caracas du 19 au 21 septembre. Le terrain de sports a été refait et les murs ont été réparés et peints. Les plus jeunes orphelins se sont mis tout de suite à l’ouvrage ; le lendemain matin, les adolescents s’y sont mis aussi. Le 21 septembre, une minute de silence a été observée, et certains des orphelins et bénévoles ont livré leurs réflexions sur la paix et le travail en équipe.

1 Les « poteaux de la paix » sont une initiative originale de la World Peace Prayer Society, fondée au Japon en 1955 par le maître Masahisa Goi (1916-1980). À ce jour, 250 000 poteaux de la paix de 2,50 mètres de hauteur, ont été plantés dans 180 pays.